Tribunes : l'expression libre de nos lecteurs

                

À propos de la liberté d'expression

Tribune de Sora du 7 janvier 2022.

Suite aux tribunes des deux derniers numéros, à la réaction de la rédaction et, globalement, à toutes les tribunes de personnes qui « donnent leur avis », il me semblait important de rappeler deux ou trois trucs assez basiques.

Je vais commencer par situer mes propos. Je suis une meuf trans*, gouine* et pédée*, pas très binaire, blanche, dyadique*, valide. Mes pronoms sont elle, el, iel, iel·le, ielle, i·elle, yel. Enfin ce sont mes pronoms quoi. Pour vous simplifier la vie, parce qu’il paraît que le neutre fait peur, j’accorde tout au féminin (ouf, on échappe à l’écriture inclusive ! Ou presque...)

Bon, tout ça pour dire que dans la société dans laquelle on est, j’ai des privilèges. Et il y en a plein que je n’ai pas. Par exemple, je ne vais pas trop subir de contrôle policier au faciès quand je suis dans la rue contrairement à des personnes racisées. J’ai pour l’instant un toit sur la tête et j’arrive à me nourrir sans trop me poser de questions. Par contre, il va m’être plus compliqué de trouver du travail dès qu’il y a du lien avec un public. Parce que ma présence fait peur...

La suite de cette tribune est réservée aux abonnés numériques. Connectez-vous dans la colonne à droite ou abonnez-vous.

Tribune publiée dans Le Crestois du 7 janvier 2022

UA-22506836-1
Nous utilisons des cookies sur notre site web. Certains d’entre eux sont essentiels au fonctionnement du site et d’autres nous aident à améliorer ce site et l’expérience utilisateur (mesure de l'audience). Vous pouvez décider vous-même si vous autorisez ou non ces cookies. Merci de noter que, si vous les rejetez, vous risquez de ne pas pouvoir utiliser l’ensemble des fonctionnalités du site.