Tribunes : l'expression libre de nos lecteurs

                

Ukronie

Lettre à Eva, la chronique de Vincent Meyer du 4 mars 2022.

Eva,
Sais-tu qui a mis le feu à Moscou ? Le comte Fédor Rostopchine a incendié la ville le 14 septembre 1812 pour priver Napoléon de toute ressource au bout de son invasion. Tu connais sa fille : la comtesse de Ségur ! À cette époque, l’empire français avait une frontière commune avec l’empire ottoman en Dalmatie. Napoléon tentait de stabiliser son empire en lui constituant un glacis de provinces administrées, de royaumes frères, d’états vassaux.

En 1850, après avoir fait la guerre au Mexique, les Etats-Unis annexèrent le Texas, le Colorado et le Nouveau Mexique. Cette extension territoriale fut largement approuvée par les Américains qui, depuis plusieurs siècles, s’appropriaient déjà les terres ancestrales des Indiens. En 1917, ils déclareront la guerre à l’Allemagne qui prétendait aider le Mexique à récupérer ces territoires. En 1871, dans la France occupée, Thiers abandonna l’Alsace et la Lorraine pour pouvoir se consacrer, au plus vite et les mains libres, à la répression de la Commune. L’empire allemand justifia l’annexion par des arguments linguistiques, économiques et stratégiques.

L’Europe est riche de son passé, des migrations historiques, des mélanges de populations, de ses langues et de ses cultures. Au fil du temps, les frontières n’ont cessé de bouger...

La suite de cette tribune est réservée aux abonnés numériques. Connectez-vous dans la colonne à droite ou abonnez-vous.

Tribune publiée dans Le Crestois du 4 mars 2022

UA-22506836-1
Nous utilisons des cookies sur notre site web. Certains d’entre eux sont essentiels au fonctionnement du site et d’autres nous aident à améliorer ce site et l’expérience utilisateur (mesure de l'audience). Vous pouvez décider vous-même si vous autorisez ou non ces cookies. Merci de noter que, si vous les rejetez, vous risquez de ne pas pouvoir utiliser l’ensemble des fonctionnalités du site.