Tribunes : l'expression libre de nos lecteurs

                

Petit chef

Lettre à Eva, la chronique de Vincent Meyer du 1er avril 2022.

Eva,

Tu te plains de ce collègue qui pontifie avec des phrases verbeuses, enfile des lieux communs et s’écoute parler. Je connais ce genre de bonne âme, contente d’ellemême et bouffie de suffisance. La bonne conscience peut faire des ravages quand elle rime avec hypocrisie. Molière est mort mais Tartuffe a survécu. Il a un avis sur tout et, tout en se défendant de porter des jugements, il juge comme il respire.

Ce mâle béta est un manipulateur qui supporte mal la contradiction. S’il n’a pas le dernier mot, il vous le fait payer tôt ou tard. Quand il ne peut plus nier l’évidence, il envoie une pierre dans votre jardin. Comme un harceleur, il sait retomber sur ses pattes et tourner les choses en dérision s’il se voit démasqué. « Tous les salauds ont les mains propres », affirme Éric-Emmanuel Schmitt. Les abus de pouvoir se cachent souvent sous l’apparence d’un pseudo consensus hâtivement imposé. Bref, il a toujours raison et entend que son point de vue soit reconnu quoi qu’il arrive...

La suite de cette tribune est réservée aux abonnés numériques. Connectez-vous dans la colonne à droite ou abonnez-vous.

Tribune publiée dans Le Crestois du 1er avril 2022

UA-22506836-1
Nous utilisons des cookies sur notre site web. Certains d’entre eux sont essentiels au fonctionnement du site et d’autres nous aident à améliorer ce site et l’expérience utilisateur (mesure de l'audience). Vous pouvez décider vous-même si vous autorisez ou non ces cookies. Merci de noter que, si vous les rejetez, vous risquez de ne pas pouvoir utiliser l’ensemble des fonctionnalités du site.