Tribunes : l'expression libre de nos lecteurs

                

Bateau ivre

Lettre à Eva, la chronique de Vincent Meyer du 29 avril 2022.

Eva, me croiras-tu ? Je suis déçu.

Je n’avais pourtant pas d’illusion. Je savais bien que le monde penchait à droite comme un navire touché à tribord par un iceberg sournois. La voie d’eau colmatée avec des étoupes pourries et des réparations de fortune. L’eau s’infiltre lentement et menace de façon inéluctable le bateau ivre qui ne consultait plus la météo, le ciel, l’horizon…

Le gros temps était pourtant prévisible. Le dérèglement climatique aussi. Malgré les rapports alarmants et les manifestations pacifiques, le sujet a été largement exclu du débat. La transition écologique absente. A part un échange sur le nombre de réacteurs nucléaires et le démontage d’éoliennes. Comme si les candidats n’avaient pas conscience de l’urgence et entendaient se contenter de belles paroles, de mesures ponctuelles et symboliques. Parce que climato-sceptiques ? Ou climato-hypocrites ?...

La suite de cette tribune est réservée aux abonnés numériques. Connectez-vous dans la colonne à droite ou abonnez-vous.

Tribune publiée dans Le Crestois du 29 avril 2022

UA-22506836-1
Nous utilisons des cookies sur notre site web. Certains d’entre eux sont essentiels au fonctionnement du site et d’autres nous aident à améliorer ce site et l’expérience utilisateur (mesure de l'audience). Vous pouvez décider vous-même si vous autorisez ou non ces cookies. Merci de noter que, si vous les rejetez, vous risquez de ne pas pouvoir utiliser l’ensemble des fonctionnalités du site.