Tribunes : l'expression libre de nos lecteurs

                

Le cri de la santé et des soignants

La passerelle du 1er juillet 2022, avec Gilles et Simone.

Pas une journée sans que les ondes nous rappellent que l’hôpital, tout comme le corps médical, sont en danger. Et cela fait au moins trente ans que ce cri a démarré, sans que les forces financières ne l’écoutent. Le « Ségur de la santé » a daigné lâcher quelques gouttes et les lits continuent à disparaître, comme les soignants de tous niveaux.

La médecine de ville est aussi délabrée, pour ne pas dire effrayante, quand il faut attendre plusieurs mois pour un rendez-vous de consultation ou d’examen. À croire que les gouvernants veulent éteindre la société ! Faudra-t-il poursuivre nos gouvernants pour « non assistance à personnes en danger » ?

Ces irresponsables font penser à des pieuvres qui resserrent de plus en plus leurs tentacules sur un peuple qu’ils trahissent avec des promesses jamais tenues. Chers soignants, espérons que nos nouveaux députés fraîchement élus légifèreront pour ramener raison, bon sens et humanité. À vous de supprimer ces agences de santé qui sont le bras armé du profit sans pitié.

L’argent existe, il suffit de modifier les cases où il s’accumule, en spéculation souvent, dans les paradis fiscaux, sans aucun doute.

La passerelle

Tribune publiée dans Le Crestois du 1er juillet 2022

UA-22506836-1
Nous utilisons des cookies sur notre site web. Certains d’entre eux sont essentiels au fonctionnement du site et d’autres nous aident à améliorer ce site et l’expérience utilisateur (mesure de l'audience). Vous pouvez décider vous-même si vous autorisez ou non ces cookies. Merci de noter que, si vous les rejetez, vous risquez de ne pas pouvoir utiliser l’ensemble des fonctionnalités du site.