Tribunes : l'expression libre de nos lecteurs

                

Les vacances de Gigi

On peut en sourire... ou pas. La chronique de René Bergier du 2 septembre 2022.

Glups ! C’est moi Gigi ; faut que je vous raconte mes vacances… enfin, si on peut appeler ça des vacances.

Avec des potes, on avait décidé de descendre la rivière pour filer vers l’ouest ; mais ma copine la carpe, toujours bien informée, m’a dit : « N’y allez pas, tout est à sec là-bas. » Alors on a opté pour la direction Est. Et ma copine en a remis une couche : « À l’Est, il y a un barracuda sanguinaire qui a décidé de s’approprier tous les gours et pour cela il terrorise la population. » Pas très téméraires, nous avons donc opté pour le non-choix de rester dans notre quartier, sous le Pont du Batelier.

Bien mal nous en a pris. Ce trou d’eau, dont nous connaissions tous la tranquillité, était devenu infréquentable pour nous depuis le début de l’été. Certes, il y avait encore un peu de flotte, mais un paquet de pattes humaines et tout ce qui va avec avaient envahi les lieux...

La suite de cette chronique est réservée aux abonnés numériques. Connectez-vous dans la colonne à droite ou abonnez-vous.

Chronique publiée dans Le Crestois du 2 septembre 2022

UA-22506836-1
Nous utilisons des cookies sur notre site web. Certains d’entre eux sont essentiels au fonctionnement du site et d’autres nous aident à améliorer ce site et l’expérience utilisateur (mesure de l'audience). Vous pouvez décider vous-même si vous autorisez ou non ces cookies. Merci de noter que, si vous les rejetez, vous risquez de ne pas pouvoir utiliser l’ensemble des fonctionnalités du site.