Les actus à découvrir dans le journal de la Vallée

                

"On se casse la tête pour ne pas annuler"

On en oublierait la musique. Trois jours avant le début des hostilités, mardi 27 juillet, une dizaine de techniciens s’affairent espace Soubeyran pour monter la tribune principale du Crest Jazz Festival.

D’autres membres de l’organisation s’arrachent, eux, les cheveux depuis l’annonce de l’instauration d’un pass sanitaire pour les évènements rassemblant plus de cinquante personnes. C’est le cas de Christian Braillon, référent Covid bénévole et médecin généraliste à la retraite bien connu des Crestois. « On navigue à vue », confirme Alain Bellon, président historique du festival aujourd’hui en charge de la programmation et des relations publiques...

La suite de cet article est réservée aux abonnés numériques. Connectez-vous dans la colonne à droite ou abonnez-vous.

Article publié dans Le Crestois du 30 juillet 2021

UA-22506836-1
Nous utilisons des cookies sur notre site web. Certains d’entre eux sont essentiels au fonctionnement du site et d’autres nous aident à améliorer ce site et l’expérience utilisateur (mesure de l'audience). Vous pouvez décider vous-même si vous autorisez ou non ces cookies. Merci de noter que, si vous les rejetez, vous risquez de ne pas pouvoir utiliser l’ensemble des fonctionnalités du site.