Les actus à découvrir dans le journal de la Vallée

                

Jacques Doillon, un jeune cinéaste à l’Éden

Le réalisateur était invité à Crest pour la projection de deux de ses premiers films.

Les cinéphiles de l’Eden qui ont préféré la salle obscure au grand soleil qui rayonnait crânement en ce jour dominical et qui, du même coup, ont boudé le suspens d’un premier tour d’élections présidentielles, ces spectateurs-là n’y ont pas perdu au change.

En effet, Jacques Doillon - sans conteste l’un de nos grands cinéastes d’aujourd’hui, que l’on peut aisément situer aux côtés de Jean Eustache, Jacques Rozier et Maurice Pialat, a donné, ce dimanche 10 avril, une très belle leçon de cinéma lors de la projection de deux de ses premiers films, Les doigts dans la tête et La Drôlesse.

Il a entamé la discussion avec le souvenir d’un passage en Drôme, en 1973...

La suite de cet article est réservée aux abonnés numériques. Connectez-vous dans la colonne à droite ou abonnez-vous.

Article publié dans Le Crestois du 15 avril 2022

UA-22506836-1
Nous utilisons des cookies sur notre site web. Certains d’entre eux sont essentiels au fonctionnement du site et d’autres nous aident à améliorer ce site et l’expérience utilisateur (mesure de l'audience). Vous pouvez décider vous-même si vous autorisez ou non ces cookies. Merci de noter que, si vous les rejetez, vous risquez de ne pas pouvoir utiliser l’ensemble des fonctionnalités du site.