Les actus à découvrir dans le journal de la Vallée

                

J’ai échappé au massacre d’Oran du 5 juillet 1962

60 ans plus tard, Emile Perez nous raconte un événement qui a marqué sa vie.

Mai 1962 - PERREGAUX

Une grenade explose sur un bon copain qui m’attendait, assis sur un banc. Mes parents, peut-être prévenus par des voisins arabes, m’annoncent fin juin que je devais partir.

À 18 ans, le 1er juillet, me voici donc seul à Oran, ville que je ne connaissais pas, prêt à embarquer, du moins c’est ce que je croyais... Le 4 au soir, toujours au port, sans manger, sans boire, sans toilette ...et plus de bateau ! Seul parmi une foule désemparée qui attend, comme moi.

Dans la nuit du 4 au 5 arrivent des camions militaires...

La suite de ce récit est réservée aux abonnés numériques. Connectez-vous dans la colonne à droite ou abonnez-vous.

Récit publié dans Le Crestois du 1er juillet 2022

UA-22506836-1
Nous utilisons des cookies sur notre site web. Certains d’entre eux sont essentiels au fonctionnement du site et d’autres nous aident à améliorer ce site et l’expérience utilisateur (mesure de l'audience). Vous pouvez décider vous-même si vous autorisez ou non ces cookies. Merci de noter que, si vous les rejetez, vous risquez de ne pas pouvoir utiliser l’ensemble des fonctionnalités du site.