Les actus à découvrir dans le journal de la Vallée

                

La précarité alimentaire : un mal aussi rural

Les associations de solidarité alimentaire font face à une augmentation des demandes et tentent de colmater les lacunes de l’État.

Pour Charles Aznavour, « la misère serait moins pénible au soleil ». En tout cas, si elle est moins visible dans notre vallée que dans les centres urbains, elle existe bel et bien. Et la précarité alimentaire en est l’exemple le plus évident. « Ce n’est pas parce qu’on vit près des lieux de production que l’on mange bien », signale Lilian Pellegrino, le directeur adjoint de l’association Vrac, le dernier acteur de l’aide alimentaire installé dans la vallée. Cette nouvelle arrivée n’est pas un bon signe – lui-même souhaite que ces associations disparaissent, car cela voudrait dire qu’il n’y aurait plus de problème – mais elle contribue à pallier la hausse des bénéficiaires que doivent surmonter les autres associations de solidarité. Face à cette situation de plus en plus difficile, Pascal de Montmorillon, bénévole du Secours catholique, inculpe « l’État [qui] s’appuie sur des bénévoles associatifs pour compenser ses lacunes »....

La suite de cet article est réservée aux abonnés numériques. Connectez-vous dans la colonne à droite ou abonnez-vous.

Article publié dans Le Crestois du 17 novembre 2023

Haut et bas de page Rubriques CELEBRE copie

Nous utilisons des cookies sur notre site web. Certains d’entre eux sont essentiels au fonctionnement du site et d’autres nous aident à améliorer ce site et l’expérience utilisateur (mesure de l'audience). Vous pouvez décider vous-même si vous autorisez ou non ces cookies. Merci de noter que, si vous les rejetez, vous risquez de ne pas pouvoir utiliser l’ensemble des fonctionnalités du site.