Nous voulons la fin du système patriarcal

Tribune du 26 mars 2021 de participant.e.s à la journée du 6 mars à Crest.

Lecteur.ice.s du Crestois, nous avons été ravi.e.s de voir que votre journal traitait de la marche féministe du 6 mars 2021, jusqu'au moment où nous avons découvert le contenu. Nous trouvons les propos de la journaliste caricaturaux et malheureusement mal informés.

Tout d'abord, nous avons participé à cet événement, non pas pour une « reconnaissance et sensibilisation de la population », comme l’écrit la journaliste, mais pour dire notre colère face à ce que nous inflige cette société patriarcale. À nous, personnes dominées par le pouvoir des hommes, inégalités de carrière, de salaires et de retraites, dans le travail domestique, dans les soins, manque de place, de parole et de représentation, notamment politique, dans le domaine public, infériorisation et dévalorisation symbolique (c’est une insulte pour un homme d’être traité de "féminin"), violences sexistes (94 % des viols sont causés par des hommes). Nous voulons la fin du système patriarcal qui cause tant de dégâts sur nos vies.

Écrire « la femme » semble vouloir nous assigner une identité encore plus étroite, comme s’il existait une femme éternelle. Or, nous sommes toutes différentes, c’est pour cela que la journée du 8 mars ne s’appelle pas la journée de la femme mais la « Journée des Droits des Femmes », parce que c'est un enjeu de lutte, et non de célébration d'une supposée « identité féminine ».

De plus, cette marche était en « mixité choisie », précisant « femmes, gouines, intersexes, meufs, non-binaires et trans », au final sans mec cisgenre...

La suite de cette tribune est réservée aux abonnés numériques. Connectez-vous dans la colonne à droite ou abonnez-vous.

Tribune publiée dans Le Crestois du 26 mars 2021

À lire sur le même thème : la chronique de Vincent Meyer

UA-22506836-1