Tribunes : l'expression libre de nos lecteurs

                

Afghanistan : organisons-nous pour accueillir des familles en péril

La Passerelle, chronique du 10 septembre 2021 de Gilles, Irène, Madeleine et Simone.

LA PASSERELLE : Rubrique originale, pont étroit, trait d’union qui relie... C’est aussi quatre voix face aux tragiques erreurs des élus. Sans être réellement « lanceurs d’alerte », nous trouvons urgent de tourner la page du libéralisme pour enrichir cette transition écologique que nombre de lecteurs ont déjà entreprise. Ce sera une longue aventure, comme celle de notre passerelle, au pont Mistral. Aussi, ensemble ou séparément, nous rebondirons sur l’actualité locale (par ailleurs très souvent devenue universelle, d’où l’interdépendance) avec un esprit frondeur et en mettant en vue des expériences souvent déjà existantes. évoquons ici la richesse du travail analysé en groupe, à la mise en commun de ce qui nous préoccupe : force du groupe, qui nous sort de l’individualisme dévitalisant et appauvrissant. Et merci à notre riche hebdomadaire, Le Crestois, d’accepter de nous accueillir dans ses colonnes.

Les femmes afghanes et leurs filles sont à nouveau entrées au pays de l’enfer où elles risquent la mort si elles ne se plient pas aux lois de la charia. Comment manifester notre solidarité au-delà de la compassion simple qui donne bonne conscience mais non efficace pour leur venir réellement en aide ?

Toutes celles qui ont pris des responsabilités les années précédentes se sentent condamnées à très brève échéance. Les talibans n’aiment pas les femmes émancipées et sauront priver les petites filles de toute instruction. Il y a de beaux discours, par exemple celui du secrétaire général de l’ONU, dans lequel il se dit particulièrement préoccupé par l’avenir des femmes et des filles dont les droits acquis durement doivent être protégés. Il appelle les talibans à la plus grande retenue !

Mais au fait, quel est donc le discours de notre président ? Que l’urgence absolue est de mettre en sécurité les ressortissants français et ceux qui ont collaboré, mais aussi qu’il faut se protéger contre les flux migratoires. Comment se fait-il que le gouvernement n’ait pas anticipé et a attendu le dernier moment pour rapatrier les personnes en danger extrême ?...

La suite de cette tribune est réservée aux abonnés numériques. Connectez-vous dans la colonne à droite ou abonnez-vous.

Tribune publiée dans Le Crestois du 10 septembre 2021

UA-22506836-1

Nous utilisons des cookies sur notre site web. Certains d’entre eux sont essentiels au fonctionnement du site et d’autres nous aident à améliorer ce site et l’expérience utilisateur (cookies traceurs). Vous pouvez décider vous-même si vous autorisez ou non ces cookies. Merci de noter que, si vous les rejetez, vous risquez de ne pas pouvoir utiliser l’ensemble des fonctionnalités du site.