Tribunes : l'expression libre de nos lecteurs

                

Pas une voix de gauche pour Le Pen, et aucune non plus pour Macron

Tribune du 22 avril 2022 de Camille Pierrette.

En 2017 je m’étais forcé à voter Macron au 2e tour des présidentielles pour être sûr que Le Pen ne passe pas, en considérant que le lépenisme était globalement plus dangereux. On a eu cinq ans pour constater profondément dans notre chair toute la brutalité du macronisme et son penchant récurrent pour les idées et pratiques d’extrême droite, tandis que la fascisation générale a continué, notamment avec l’aide des médias dominants.

En 2017, Macron n’a pas du tout tenu compte de son illégitimité vu le barrage contre Le Pen et vu le niveau d’abstention, et il a mené sans répis sa politique ultracapitaliste et pro-riches.

En 2022, j’ai voté Mélenchon au 1er tour, pour éliminer Le Pen et donner une chance à autre chose. À présent, l’opportuniste Macron veut draguer à gauche par des déclarations sociales et écologistes et via un éventuel futur gouvernement élargi car il a peur de se faire dépasser au 2e tour par le RN qu’il a légitimé.

On ne croit pas une seconde à ses blablas...

La suite de cette tribune est réservée aux abonnés numériques. Connectez-vous dans la colonne à droite ou abonnez-vous.

Tribune publiée dans Le Crestois du 22 avril 2022

UA-22506836-1
Nous utilisons des cookies sur notre site web. Certains d’entre eux sont essentiels au fonctionnement du site et d’autres nous aident à améliorer ce site et l’expérience utilisateur (mesure de l'audience). Vous pouvez décider vous-même si vous autorisez ou non ces cookies. Merci de noter que, si vous les rejetez, vous risquez de ne pas pouvoir utiliser l’ensemble des fonctionnalités du site.