Les actus à découvrir dans le journal de la Vallée

                

AstraZeneca fait dérailler la campagne vaccinale

Dans la vallée aussi, la campagne est suspendue à la décision de l'Agence européenne du médicament, qui devait se prononcer jeudi 18 mars.

Un (gros) couac de plus. Lundi 15 mars, il est presque 17h à la pharmacie centrale de Crest quand les officines sont autorisées à injecter des doses du vaccin d'AstraZeneca. La pharmacienne titulaire, Géraldine Favre, est passablement énervée : « Macron vient de suspendre le vaccin AstraZeneca ! ». « C'est une blague ? », lui lance une collègue. Comme beaucoup, c'est par une alerte sur son téléphone qu'elle a appris la nouvelle. Elle vient pourtant de vacciner cinq personnes dans l’après-midi. « Je me sens mal, j'ai un peu l'impression d'être prise pour une imbécile. Ils n'auraient pas pu prendre la décision hier soir ou ce matin ? »

Christian, 64 ans et atteint d’une comorbidité, est venu recevoir sa première dose..

La suite de cet article est réservée aux abonnés numériques. Connectez-vous dans la colonne à droite ou abonnez-vous.

Article publié dans Le Crestois du 19 mars 2021

À lire sur le même sujet : notre entretien avec la directrice départementale de l'Agence régionale de santé (ARS).

UA-22506836-1